Prévoyance

 

La Prévoyance, c'est quoi ?

Quand on parle de Prévoyance on pense d’abord à la protection sociale, dont une partie est prise en charge par les régimes obligatoires de sécurité sociale. C’est l’héritage du décret du 8 juin 1946.

Dans les faits, la prévoyance se limite aux garanties décès, incapacité temporaire de travail, invalidité, rente du conjoint et éducation des enfants.

Quand on parle de Prévoyance, on évoque aussi la transmission de son patrimoine… et surtout sa protection. En cas de décès, votre conjoint est un «successible» en usufruit (droit de se servir d’un bien ou d’en percevoir les revenus) ou en pleine propriété qui entrera en «compétition» avec vos autres héritiers.

Ces définitions doivent vous interpeller !

« Suis-je réellement protégé contre les aléas de la vie ? Ai-je pris les dispositions nécessaires pour ma famille, mon patrimoine ? ».

Par exemple, qu’adviendrait-il si vous ou votre conjoint étiez temporairement au chômage ? Dans cette situation, comment continuer à payer les mensualités du crédit immobilier que vous avez souscrit pour l’achat de votre résidence principale ?

Dans un cas plus tragique, si l’un de vous deux décédait, comment offrir à vos enfants la possibilité de poursuivre les études qu’ils souhaitent ? Ou encore, que devient la pension de réversion, pour le conjoint survivant ou l’ex-conjoint ?

Ces situations n'arrivent pas qu'aux autres ...

Les chiffres sont éloquents :

  • 800 000 orphelins de moins de 25 ans en France dont 330 000 mineurs.
  • 20% des Français décèdent avant l’age de 65 ans, et chez les hommes, les décès prématurés sont encore plus fréquents (27%)
  • Le budget minimum moyen des études supérieures sur 5 ans pour un étudiant logé hors de sa famille est de 52 500€.

   

Artisan, salarié, retraité, VOUS êtes concernés par la prévoyance !

Les conséquences du décès précoce, de la dépendance et du handicap, restent très insuffisamment prises en charge par les régimes légaux de protection sociale et sont variables selon le statut professionnel (salarié, indépendant, retraité) et familial (marié, pacsé, concubin).

Leur traitement dépendra du niveau des assurances souscrites par chacun, afin d’en couvrir les répercussions financières.

Prenons l’exemple d’un salarié du secteur privé : les indemnités allouées par la sécurité sociale ne sont versées qu’à partir du 4ème jour d’arrêt de travail et sur une durée de 3 ans maximum.

Des solutions au cas par cas

Chaque cas est unique selon le statut professionnel (salarié, indépendant, retraité) et familial (marié, pacsé, concubin).

Aussi, il n’y a pas de solution unique pour mettre en place une prévoyance et envisager l'avenir en toute sérénité.

Prenez quelques minutes pour faire un point, vous serez surpris !